Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Mon Etoile, Prête-Moi Ton Oreille

En créant cet espace, je pense à laisser une trace avant le départ sans date. Peut-être demain, peut-être dans quelques années... Un lieu d'échange, un confident où je ne sais quand je lui rendrais visite, ni même pourquoi ?

Repas Rime Avec Goujat

Publié le 30 Janvier 2008 par Sév dans Vous Autres

Ce n’est pas arrivé,
     Pas encore passé.
          Les situations défilent,
                Les angoisses s’empilent
                       Sur un décor morbide
                             De visages frigides,
                                  De regards sombres.
                                         S’enchaînent les ombres
                                               Et les mots bafoués ;
                                        Le « moi » répété,
                                  Les « autres » écrasés.
                              Le temps d’une bouffe,
                         Au coin les pantoufles ; 
                    Place au froufrou,
               On oublie tout,
            On retient tout,
              Bande de fous.
                  On ne va plus s’effriter,
                      Mais se poiler
                         Sans se bouffer,
                             Le temps d’un repas
                                 De goujat.

                                     Une fois bien retournée,

                                          Les idées chiffonnées,

                                              Soyons présentables

                                                    Autour de la table,

                                               Place aux bonnes manières.

                                         Il manquerait plus qu’un air

                                    De désaccordons

                               Et ça serait le pompon.


commentaires

Rien Tout Va

Publié le 28 Janvier 2008 par Sév dans Maintenant

                              Le temps s’est arrêté.
                           Sans savoir ce qui va tomber,
                       Un sentiment
                   De danger et
                      La peur
                         Viennent frapper.
                             Enfermée
                                Dans ses tourments,
                            Il faut continuer,
                       Ne pas s’arrêter
                  Sur ces scénars  
              Dignes d’un cauchemar.
                   Un instant
                       Qui s’éternise
                           Sous l’emprise
                         De la terreur.
                    Un jour gris
             Où le regard fuit,
                Sur un monde détruit.
                      Un coup lourd
                           Frappe la carapace,
                    Celui de l’angoisse.
                Les beaux jours
           S’effacent,
               Plus rien ne va,
                    Tout s’en va.
                          Le rideau
                              Baissé,
                                  De nouveau
                               Il faut affronter
                           Les maux séquestrés
                               Et tant refoulés.
                                     Un jour tout va,
                                          L’autre tout s’en va.

commentaires

La Présence Appelle L’Absence

Publié le 26 Janvier 2008 par Sév dans Vous Autres

                                           Un regard d’indifférence
                                          Où se creuse la distance.
                                         Le vide arrête ce temps,
                                        Fige les pensées
                                        Qui insupportent tant,
                                          Cœur brisé.
                                           Le silence tombe
                                          Telle une bombe,
                                         Souvenirs éclatés.
                                        Lourde la présence
                                         Qui appelle tout bas,
                                           Qui raisonne ici et là,
                                            Qui marque à chaque pas,
                                           L’absence.
                                         Pas un jour ne passe,
                                       Sans ces sentiments
                                       Qui fracassent.
                                        Les regards se baissent,
                                         S’évitent comme une peste.
                                          Pas une marque d’attention,
                                         N’existe pas l’affection.
                                       Une pierre vient toucher
                                      Ce corps blessé,
                                     Celle de la honte
                                   Et d’autres suivront
                                 Ce chemin creusé
                                De blessures
                               Á peine pansées.
                               Des mots tus,
                                Une souffrance non vue ;
                                 Un voile posé
                                 Où tout est bien caché.
                                Un semblant
                               De tout va,
                             Un chant
                           De fracas.
                          Pas une raison
                           Ne vient casser
                            Cette cloison,
                             Celle de l’indifférence
                              Qui fait tant de peine
                             Et réveille la haine.
                           Une prison
                          Où règne
                         L’incompréhension ;
                        Condamnée
                         Á se chercher,
                           Á s’éviter
                             Et à s’oublier.

commentaires

Tu Veux Ou Tu Veux Pas ?

Publié le 25 Janvier 2008 par Sév dans Au fil des rencontres

Je n’ai pas envie de me taper un mail, ni même un PV qui va tourner vinaigre. Qui se sent visé se gratte.
La nuit est étoilée, elle m’inspire et m’aspire. Il y en a une qui me capte, ne cherche pas laquelle, tu ne la trouveras pas.
Je ne prends rien, là je suis clean, même pas dopée la nana, juste un grain de folie ; Je vais finir par en être accro à cette folie.
Ce que je ne prends pas ? Alors là, mystère et boule de gomme. Nous verrons sur le moment, mais pour l’instant, je ne prends rien du tout, j’explose. Je ne sais pas vraiment ce qui me fait bondir dans l’histoire, mais c’est la canicule en pleine nuit hivernale.
Qu’est-ce que j’ai perdu dans ma tête ? Hein ? Tu peux me le dire à ma place ?
Je capte rien du tout, mais je suis VNR et je ne sais même pas pourquoi. En fait, si, je commence à savoir au fur et à mesure que je déballe.
Je pense que tu vas pas bien, t’as pris mes mots pour toi et hop là on va bien malaxer et tartiner dans sa face. Mais attends, je tente aussi de me capter, calor. J’ai touché un point sensible, à mon avis tu as un souci de libido. Tu ne le sais pas, c’est inconscient. Tu es libre de fantasmer sur qui tu veux, libre de penser, de rêver. Dans la tête la liberté fuse. Ok, je me tais et j’ai rien dit.
Je déteste aussi ce maudit changement ; Je ne change pas d’un poil, non plus et je reste la même malgré le temps qui file. Chaque seconde passante est un pas vers le changement. Les situations ou même les pensées peuvent nous dépasser et tu sais nous ne sommes pas toujours conscient de ce qui se passe. J’ai envie de dire que je me fous de tout ça, mais ce n’est pas vrai, vu l’état d’excitation auquel je me trouve !
Qu’est-ce que je viens faire dans cette histoire ? Et pourquoi je boue ? Les frustrés attirent les frustrés. Il serait bien de dire franco les choses au lieu de tout retourner sur l’autre. J’essais de comprendre en même temps ton tripe et le mien, il y a sans doute un lien. Il n y a pas vraiment de place au hasard ici et partout. Tu possèdes un petit truc qui me met sur les gardes, mais quoi ?
La nana est capoute et s’embrouille toute seule.
Rêvons ! Partons vite.

commentaires
1 2 3 4 > >>