Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Mon Etoile, Prête-Moi Ton Oreille

En créant cet espace, je pense à laisser une trace avant le départ sans date. Peut-être demain, peut-être dans quelques années... Un lieu d'échange, un confident où je ne sais quand je lui rendrais visite, ni même pourquoi ?

Attention Fourmis !

Publié le 24 Mai 2008 par Sév dans Au fil des rencontres

Assise dans ma chambre, mon regard s’est posé sur le sol ; j’ai vu un point noir bouger et puis deux et encore un autre. Je m’approche plus prés de mes pieds et là plus clair, je vois de toutes petites bêtes. Au début, je me suis dit, des puces ! Ça se pourrait, avec mes deux matous… Je me suis rapprochée du sol, voir de plus prés et non, ce ne sont pas des puces mais des fourmis ! Aussitôt j’ai pris quelques lingettes et j’ai frotté le sol pour les écraser. Je me demande d’où elles sortent.
 

Je suis envahie et frustrée, minimes soient-elles et si peu... Ca me gratte de partout...
Demain je file au supermarché acheter des plaquettes.
J’ai nettoyé par terre avec des lingettes antibactériennes en espérant que l’odeur de la javel va les éloigner, mais j’en vois encore quelques unes.

Je ne suis plus tranquille, j’ai l’impression qu’elles m’observent, elles sont rentrées sans frapper et se sont installées ! Elles vont se refiler l’adresse et vont venir par colonies…
Je ne suis plus chez moi, ça me démange de partout ! Je vais devenir dingue… Même les fourmis m’emmerdent, quelques millimètres de vie me déstabilisent… Je deviens barge.
 
commentaires

Et Tant Dû

Publié le 19 Mai 2008 par Sév dans Vous Autres

Ce n’est en rien facile, ni même difficile de vivre, mais qu’est ce que vivre ?
Parce que vois-tu, là je vis et je suis une épave. Je suis mes envies de destructions et en plus je choisis le moment. Le faire en secret me donne un certain pouvoir, je choisis mon sors, je m’écoute, en quelque sorte ça me soulage. Je suis lâche de parler ainsi alors que je n’ai pas tout mon esprit, mais je ne sais plus, je ne tiens plus, j’en ai plus qu’assez de me construire pour être par la suite démolie. Je ne sais même pas écrire ce que je ressens au plus profond sans m’en foutre plein la gueule. Tu vois en fait, je suis une bâclée, je n’arrive même pas moi-même à m’accepter alors comment veux-tu être acceptée des autres ? 

D’un côté je m’en veux de me raturer de la sorte et de l’autre ça me fait un bien fou de me laisser aller dans cette dérive, il n’y a aucun effort et c’est sans déplaire à mes pro-géniteurs qui ne demandent pas mieux. Je ne sais pas ce que dame Nature à penser le jour où elle m’a sauvée, mais je suis incapable de lui en vouloir tout comme à ceux qui m’ont pondu, je ne vais certainement pas vous dire Merci non plus, car je ne serais de quoi et je ne me sens pas redevable.

Je ne sais pas pourquoi je suis ici, je ne vais pas non plus m’en plaindre et je me fous de savoir si c’est une chance ou une malchance, comme je me fous de demain.


Comment avoir sa place dans ce monde quand chaque instant passé et vécu est un rejet de soi ?
C’est une grande douleur, à côté de ça avoir mal aux dents ou aux tripes n’est rien. Quand l’intérieur est sans arrêt en ébullition, autour de toi c’est vide ; Tu marches sur un fil à chaque jour qui passe sans savoir où tu vas, ni même si tu vas quelque part et autour tu ne vois que du vide. Malgré la hauteur, le vertige, la peur de mourir, l’envie de tout arrêter te colle à la peau.
Pourquoi continuer ? Aucune réponse valable, aucune ne vient affirmer toutes ces questions sur le sens de la vie et de ton existence et pourtant tu ne veux pas que tout s’arrête, pas encore.

Et ça continue, tu montes, tu descends, un va et vient, de quoi donner le tournis, de quoi être abasourdie.


Il n’y a pas qu’une sorte de souffrance, elle n’est jamais la même, cette salope change toujours de face pour mieux te surprendre. Tu ne sais jamais comment tu vas la vivre et pourquoi elle vient comme ça sans prévenir, pourquoi elle cogne tant ?

Je crois que je suis maso, quand ce ne sont pas les autres qui me font souffrir, c’est moi-même qui appelle cette douleur. Un comble, un appel, elle vient aussi vite sans aucun effort. Quoi de plus facile que la destruction ? Encore un lien, même si celui-ci est en contre sens, il va dans celui de la haine qui n’est pas sans amour.

Je m’en veux d’avantage de m’aimer ou de me rejeter ainsi et je ne veux pas me justifier, je n’ai aucune excuse et j’aimerais cesser de comprendre.

J’ai l’age adulte, je suis seule responsable de moi-même.

commentaires

Des Bas Là Je

Publié le 17 Mai 2008 par Sév dans Maintenant

                    Qu’est-ce que j’ai,

                             J’ai envie de tout casser,

                                     Mon intérieur va exploser,

                                                Je me sens vite dépasser.

                                    Tous ces phénomènes

                            Qui m’entourent

              Je les trouve lourds.

                        Toutes ses peines

                                   Qui m’envahissent,

                                              Cette haine

                                                       Envers moi-même

                                                                 Qui m’anéantit,

                                                                          Cette incompréhension

                                                                                 Qui me mène en prison…

                                                                        Je ne pige plus rien

                                                                 Et je ne veux plus

                                                           Comprendre,

                                                         Ni prendre,

                                                    Ni apprendre,

                                                 Ni attendre,

                                              Ni entendre.

                                                   Qu’on me fiche la paix,

                                                            Je ne veux plus croire,

                                                                      Ne veux plus rien savoir,

                                                                                  Ne veux plus voir.

                                                               Je ne veux plus réfléchir,

                                                      Une seule envie détruire,

                                                 Oublier cette culpabilité,

                                         Être un déchet

                               Et m’oublier,

                     Ne plus voir ni ma face

               Ni en face.

                      Être en toute liberté,

                                  Sans complexité,

                                             Au plus bas.

                                    Me laisser aller,

                               M’en aller.

                                   Ne plus être aux normes,

                                                   Ni con aux formes,

                                                                 Marcher sans suivre

                                                                             Les pas.

                                                                 Une envie de détruire,

                                                        Que tout se finisse

                                                   Sans supplice.

                                                           Aucun effort,

                                                                   Loin dehors.

commentaires

Tired Of Being Sorry by Nadiya & Enrique Iglesias

Publié le 16 Mai 2008 par Sév dans Regarde et écoute

Magnifique !


I don't know why
You want to follow me tonight
When in the rest of the world
With you whom
I've crossed and I've quarreled
 
Laisse-toi tomber
Pour mieux renaître et être aimé
Tu cherches l'histoire à sauver
Sans plus chercher à t'excuser
 
Beneath the silver moon
Maybe you were right
But baby
I was lonely

Quand ton coeur éclate
Laisse le destin l'emporter
Ose le meilleur
Et lève-toi sans avoir peur

We're all bloodless and blind
And longing for a life
Beyond the silver moon
Maybe you were right
But baby
I was lonely

Quand ton coeur éclate
Laisse le destin l'emporter

I'm standing in the street
Crying out for you

A toi d'exister
Seul face à la nuit

So far away
A tout jamais

I've trashed myself
I've lost my way
I've got to get to you

Je serai là pour nous

Maybe you were right
But baby I was lonely

Quand ton coeur éclate
Laisse le destin l'emporter

I'm standing in the street
Crying out for you

A toi d'exister
Seul face à la nuit



commentaires
1 2 3 > >>