Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Mon Etoile, Prête-Moi Ton Oreille

En créant cet espace, je pense à laisser une trace avant le départ sans date. Peut-être demain, peut-être dans quelques années... Un lieu d'échange, un confident où je ne sais quand je lui rendrais visite, ni même pourquoi ?

Hô Pas Net

Publié le 30 Juillet 2008 par Sév dans Vous Autres

" La différence entre un névrosé et un psychotique ? Eh bien un psychotique, c'est quelqu'un qui croit dur comme fer que 2 et 2 font 5 et qui en est pleinement satisfait. Un névrosé, c'est quelqu'un qui sait pertinemment que 2 et 2 font 4 : et ça le rend malade !" 
Pierre Desproges 
 

J’ai toujours su que j’étais une névrosée et ce proverbe vient me le confirmer. J’ai croisé ce message sur la toile et bien sûr il ne m’a pas laissée indifférente, je n’arrête pas d’y penser, comme je pense à trop de choses !

Si seulement la folie pouvait s’emparer de mon être… Si seulement j’étais aussi conne que les gens le croient… Si seulement je pouvais arrêter de chercher à comprendre…
Ce qui m’aide à la rigueur à tenir c’est mon ignorance. Il serait dangereux pour chacun de tout savoir, se croire invulnérable, puissant… et cela ne va pas dans l’autre sens, ne rien savoir ou être fermé à n’en plus voir ou pas…

Je fais toujours en sorte de ne pas juger une personne, il est bon de voir autre chose que son propre jugement. Savoir s’oublier soi-même un temps pour découvrir l’autre, sans préjuger, rien… Comme un regard de gosse en quelque sorte. Belle philosophie, beaux mots et à vivre, le charme y est.
Chacun a avec soi son histoire, son âme et son cœur qui fait un tout bien unique et… Nous sommes des milliards dans ce monde à nous croiser, nous ignorer, nous échanger, nous effleurer, nous touiller qui fait qu’à chaque instant passé nous sommes constamment en évolution, rien de bien compliqué... Même ce que j’écris et pense en ce moment n’aura plus le même poids, ni la même signification, ni les mêmes ressentis, ni les même pensées, dans la minute qui suit. 

Il n’y a pas de réalité, comme il n’y a pas de vérité, chacun à son propre regard et vit le monde comme il est maintenant.

 

J’ai le crâne en volcan, une rage de dent pas possible, non seulement je refoule mes sentiments mais en plus je ne supporte plus mon corps. Ces dernières années j’ignorais mon existence, je ne me rendais même pas compte que j’étais une personne. Je me plie toujours en quatre pour le monde qui m’entoure et quand j’aime… Quand les sentiments se mélangent avec tout ça et que l’amour est là, je donnerais ma vie, je m’en oublie.   

J’en ai descendu des marches pour ainsi en gravir d’autres et je sais que je n’ai pas fini de me casser la yeule ! La nana va encore en baver ! Comme si j’avais une peine à purger…

 

J’aimerais garder ma naïveté… Seulement une fois le seuil du savoir franchi, impossible de reculer, les choses viennent à toi, si tu ne vas pas à elles. J’ai un puzzle devant moi, les morceaux de ma vie, je n’en vois qu’une partie. Il est impossible de tout voir, l’être ne le supporterait pas. Etre conscient de tout et c’est la folie assurée.

Quand tu es descendu bien bas dans ton obscurité intérieure soit tu y restes à en crever, soit tu fais en sorte de sortir de cette misère. Combien de fois, j’ai voulu crever… Quand tu souffres, tu ferais n’importe quoi pour que cela s’arrête. Cette souffrance est profonde, seule toi la ressens… Elle n’est pas visible et les petitesses d’esprits aiment s’en approprier et te la renvoyer en pleine face, bref…
Apparemment il y a un truc qui fait que je ne peux pas me saouler sans là encore savoir le pourquoi du comment et donc même dans cet oubli, je ne suis tranquille ! 

Je n’ai aucune pitié pour moi-même et je ne prends pas de gant, alors quand les autres s’y mettent… Cela a toujours été et cela me dérangeait pas, jusqu’au jour où j’ai commencé à travailler sur moi-même. Je ne peux plus subir sans que mon être se déchaîne, que je le veuille ou non, c’est lui qui décide et là j’en ai conscience.

 

Alors je continue d’observer ce qui m’entoure, seulement j’existe, je suis à l’écoute en plus de moi-même… 

Je me sens plus en paix à l'intérieur, mais j’ai perdu une partie de ma naïveté…

 

L’honnêteté serait-elle un songe, sorti aussi tout droit de mon imaginaire ?
Un jour, ma vie ne sera plus qu’un rêve… 

commentaires

Petite Mort

Publié le 25 Juillet 2008 par Sév dans Maintenant

                       Je ne sais

                                Ce qui m’insupporte,

                                           Ce que je porte.

                                 Je ne sais

                           Où aller

                Et pourtant

         Je vais…

                     Bien

                            Ou pas

                                       Peu importe…

                           Je suis là

                       Loin

                  De ces gens

             Inconnus,

                         Proche

                                De cette terre

                                               Battue.

                              Des accroches

                      Et le cœur

           S’effiloche.

                    Trop de peur

                             Cache la vue, 

                     Le temps

                Aussi

         En désaccord,

                       Au bord

                               De toute rupture,
                                           Laissé en vie,
                                                  Lâche les cris.

                                        Les maux

                                 Saturent,

                                             Des mots

                                                         Se lient,

                                               Se raturent.

                                   Une petite mort

                                                    En sort,

                                              Sans ailes

                                   Dans l’oubli,

                                             Un appel

                                                    Ensorcelle

                                                                La vie.



commentaires

Imbroglio

Publié le 20 Juillet 2008 par Sév dans Maintenant

                    Vois-tu,

                      Je ne veux rien

                   Et puis

             Tout à la fois.

                   Crois-tu,

                         Que dire bien

                                 Oublie

                                      Tous les chagrins,

                              Fera de toi

                       Ce que tous croient.

                               Monde décalé

                                      De sentiments

                                            Hachés,  

                                    Tous ces gens

                              Si éloignés.

                                       Difficiles sont

                                               Les instants

                                                      Où longuement

                                                               La solitude

                                                                     Á pour habitude

                                                                          Cette approche

                                                                                Où l’écho

                                                                                    De l’incompréhensible

                                                                                         Ricoche, 
                                                                                      D'un bond 
 

                                                                                Froidement,

                                                                                    Vient bousculer

                                                                                        L’existence

                                                                                              Rude
                                                                                                Et rigide.

                                                                                           Sans dire

                                                                                   Et toujours partir,

                                                                                      Sans finir

                                                                                  Á jamais ressentir,

                                                                                     Chercher

                                                                                        Á combler,

                                                                                    D’un jour

                                                                                Á une nuit,

                                                                                    Lourdeur

                                                                                         Et froideur,

                                                                                     De détours

                                                                                Et d’oublis,

                                                                                   De cris,

                                                                              De pleurs,

                                                                                 Et toi mon cœur

                                                                                     Tu me fais frayeur.


commentaires

Des Vies De...

Publié le 19 Juillet 2008 par Sév dans Maintenant

                     Je m’ennuie de cette vie,

                           Avec le temps ennemi

                                   De mes envies,

                                        Toujours en conflit.

                                 Tout arrêter

                        Encore continuer,

                Un trop plein,

        Un trop vide.

              Aller plus loin

                      Sans penser

                             Á demain.

                         Un chemin

                    De toutes vies

             Où chacun

        S’oublie.

           Une ombre,

                   Où sombrent

                            Les pas

                                     D’une absence

                                           En déviance,

                                    Lancent

                           Les éclats.

                     Des peurs

                             Où les heures

                                     Défilent

                                             Et s’empilent,

                                       Des peines

                                S’enchaînent,

                                            Des temps

                                                    De tracasse,

                                             Rentre l’angoisse,

                                        La mort

                                 Comme poisse,

                                         La vie

                                                En solo,

                                           Le tout

                                  En fardeau.

                                             Mélange

                                                     De vie,

                                                            De mort,

                                                    Aucun confort,

                                                             Un réconfort

                                                                   Qui se cherche.

                                                              Tendre la perche

                                                          Dans un vide,

                                                               Au-delà

                                                                   Vie,

                                                              Par là

                                                            Cri.

                                                             Une souffrance,

                                                                  Une présence,

                                                         Envahi de l’émoi,

                                                              Se perdre en surcroît,

                                                         Lâcher,

                                                             Abandonner,

                                                        Á jamais

                                                   Se retrouver. 



commentaires
1 2 3 > >>