Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Mon Etoile, Prête-Moi Ton Oreille

En créant cet espace, je pense à laisser une trace avant le départ sans date. Peut-être demain, peut-être dans quelques années... Un lieu d'échange, un confident où je ne sais quand je lui rendrais visite, ni même pourquoi ?

À Demi-Vie

Publié le 29 Décembre 2008 par Sév dans Maintenant

J'ai fait un drôle de rêve, je me suis réveillée je flottais. Je n'étais pas encore réveillée et plus endormie. J'ai un mal fou à immerger en ce moment.

Dans le rêve je suis sortie de l'eau telle une fusée, mon corps grimpait au ciel. Puis j'ai vu sur une plate forme un homme me tirer dessus, le visage crispé et les yeux rouges de haine, il m'a touchée je ne sais où. Je ne ressentais aucune douleur, mais je voyais mon sang couler comme un ruisseau. C’était fini pour moi, j’allais mourir.  

J'avais encore tout mon esprit et à ce moment-là, je savais que je dormais, ceci n'était qu’un rêve.
Ca va aller, tu n'as pas mal, tu vas mourir, tu vas connaître l'ailleurs. J’étais presque soulagée que tout s’arrête pour commencer de l’autre côté.

Mon corps s'est arrêté de monter, la pression du bas est retombée. Je suis entre le sommeil et le réveil.

Dans mon lit, j'étais hors de moi, je voyais mon corps inerte dormir, je montais encore et là j'ai commencé à rejoindre l'eau, à descendre, dans le sommeil. Dans mon rêve mon corps tombait alors que dans mon réveil, mon esprit montait. Je ne savais pas me rejoindre, je sentais bien l'attache pourtant, j’étais divisée.

Je me suis doucement réveillée avec une grosse fatigue. 
C'est une mort sans douleur, un réveil difficile avec une sensation de désordre dans la tête, le corps est lourd.

J’aimerai avoir des ailes et tout le temps voler pour me sentir légère.  

Dead Angel

commentaires

Rêve À Terre

Publié le 27 Décembre 2008 par Sév dans Maintenant

                      Vivre une nuit

                   Á soi,

                    Dire les mots

                       Tout bas,

                   Voir

             À tout croire

         Et veiller

      Á ne plus tomber.

        Un jour

             Se dort

                Pour encore

                    Avoir froid

                        Dehors.

                   Sans toi

              Je meurs,

           J’ai peur,

         Je survis.

         Un cri

          Je lance

            Dans un désert,

          Le chemin

        Se perd

       Et se balance.

          Sans destin

             Loin,

         Les pas

     Raisonnent

    De coups

  De personne,

  Il tonne.

     Éclaire

        Mes nuits,

          Assombri

             Mes envies

                De jours

                  Finis

                   En éclat

                     De maux

                      Incompris.

                  Uni vers

               Un comte,

           Un cœur

        Infini,

         Une terre

           Pour s’envoler

             À rêver

               Tout bas

                  Loin de toi.

En l'air

commentaires

En Suspens

Publié le 22 Décembre 2008 par Sév dans Maintenant

Je te laisse vivre le temps d’un départ. Ce jour approche, mais à combien est-il de nous ?

Si nos vies d’aujourd’hui n'étaient que suspens ? Le temps, toujours ce temps qui s’écoule dans nos veines, les sentiments passent et circulent.

L’autoroute défile sous mes yeux et les gouttes me paraissent infiniment inondes. Les contours longent ce grand couloir qui n’en fini pas. Je ne sais plus où donner de mon regard, lui figé par la force des choses qui passe. Une suspension dans le flou, tout passe non pas sans casse, parfois avec difficulté, le bruit m’abasourdit.

La digestion se fait avec douleur, des crampes qui appellent la vie, qui rappellent nos morts désunies. Le fil s’est rompu et appelle à sa polarité, un fil dans le vide, l’immensité baille, qu’est ce qui nous tient ?
Cette suspension bien que nécessaire par la continuité me fait penser à ces guirlandes de dehors, beaucoup de lumière, aveuglante et puis un filament qui la retient. Un concentré de ce que nous sommes, enfermé dans l’obscurité. La pensée laisse passer cette intensité guidée par cet intérieur en sommeil, en suspens, en veille, en attente, en transe. Hors du nid, désuni.
 
Aujourd'hui au ralenti, endormi, nos souffles régénèrent d’instant en instant, de vie en vie, de corps et encore.

Ce papillon vole et je ne vois que son lit, je ne peux le voir dessous les draps, cette intimité m’émeute. La chrysalide dans le vide, sa lumière diffuse une paix intense. Le temps du sommeil est plus long, le temps du vol ne sera qu’une destination. Une pose où nos mains se joignent.

 

Chut...

commentaires

Toi Mon Présent

Publié le 17 Décembre 2008 par Sév dans Maintenant

                                             Sans penser,

                                                  Rien que regarder,

                                                      Sans se limiter,

                                                         Tout en continuité,

                                                             Savourer l’instant.

                                                          Se pose 

                                                     Quelque part

                                                Le regard,

                                             Une pause

                                           Du temps

                                          Présent.

                                             Quelques ailes

                                                Partagent

                                                  Cet éternel

                                                    Moment

                                                       Si beau

                                                          Et apprécié.

                                                         Un toit,

                                                       De l’eau,

                                                    Quelques graines

                                                  Et voilà

                                               Que sans peine

                                             De là haut

                                           Nos présences

                                        S’emmêlent. 

                                          Vivre cet instant

                                             Vaguement,

                                             La simplicité

                                            De partager

                                         Sans demander,

                                           Sans se soucier

                                               De demain

                                                  Si loin.

                                             Un échange

                                     Avec les anges,

                                Le paradis

                           D’une vie

                     Sans artifice,

                 Sans sacrifice.

                La beauté

                  Du mouvement

                     Présent.

Ange

commentaires
1 2 3 > >>