Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Mon Etoile, Prête-Moi Ton Oreille

En créant cet espace, je pense à laisser une trace avant le départ sans date. Peut-être demain, peut-être dans quelques années... Un lieu d'échange, un confident où je ne sais quand je lui rendrais visite, ni même pourquoi ?

Acrostiche Ninousnini

Publié le 24 Février 2009 par Sév dans Au fil des rencontres

Pour Marlou

               
  Nous sommes

                    Identiques et

                       Nous-mêmes,

                          Ouverts et

                              Unis.

                                 Sentiments

                                    Nostalgiques

                                       Ivres de

                                          Notre

                                              Imaginaire

 

                                        Mais dites

                                   Ondule

                              Narcissisme

 

                                 Éclaire d’un

                                      Trait

                                           Oblique

                                                Illimité

                                                   Là

                                                      Eau delà

 

                                          Partir

                                      Rester

                                 Être

                             Transmettre

                          En vie

 

                         Mon

                           Orgueil en

                              Immersion

 

                           Ton

                        Ouragan de

                     Non-sens

 

                      Onirique

                          Réalité

                               Entre

                                   Irrationnel

                                         Longitude

                                               Love

                                                     Eternel.

Onde 

commentaires

Tourne En Fond

Publié le 22 Février 2009 par Sév dans Maintenant

                          Si je ne devais

                              Ne pas être là,

                                   Je ne sais pas

                                       Où seraient

                                           Ces moments

                                             Là présents.

                                            Que serait la vie

                                          Sans toutes les morts,

                                      Sans les corps

                                   Consommés

                                Et consumés.

                               Particules

                                 De recul

                                     Volent

                                       Les crashs

                                          Frivoles.

                                        Flash

                                      Sur un retour,

                                    D’instant

                                  Lourd,

                               Splash

                           D’un pas

                       De géant.

                       Malaise

                          De la falaise,

                             Au bord

                                Des calmants

                                    Quand la trompe

                                         En rit

                                          S’estompe.

                                        J’ai vu

                                   Ce regard

                                Baissé,

                          Ce corps

                    Trembler,

              Les pensées

          Fixées

      Et toi

         Encore

           Pourquoi

              Si loin

                Tu vas

                   En vain

                      Dévaler

                         Et cogner.

                       Ce qui entoure

                    Le contour

               Regarde

            Bien autour,

                Un jour

                    Peut-être

                         Tu pourras

                             Renaître.

                       Un dernier souffle,

                 Se camouflent

             De l’intérieur

        Nos heures

    Vécues.

    Sors

       Et dehors

         Crie

            Les souvenirs

               Perdus.

          Rien ne finit,

     Tout continue.

Trajet dit
commentaires

Une Vie En Mouvement

Publié le 14 Février 2009 par Sév dans Maintenant

Je me suis réveillée, sorti d’un rêve, en cette journée avec des pensées claires, un soulagement de comprendre les sentiments amers qui m’ont envahie depuis quelques années. Un brouillard se dissipe avec des blessures ouvertes.  

 

Je me suis levée, sans comprendre pourquoi tout d’un coup, c’était une évidence, des sentiments plus clairs.
J’ai le devoir de penser à moi et d’écouter mes besoins, de m’aimer.  

Depuis je suis portée avec l’élan d’aller de l’avant et de songer à cet avenir où peu importe les difficultés qui seront, je n’ai plus rien à perdre.

 

Grandiose comme j’aime, bordel la folie que ça entraîne. Dans les difficultés vécues, j’ai appris que je ne pourrais jamais aimer dans la dose ou faire semblant juste pour être dans la court des grands. Assumer cet amour et le vivre n’est pas sans mal, il est si beau et si perturbant à la fois, sans cesse en mouvement.

Je ne peux choisir d’aimer, je ne sais pas pourquoi j’aime une personne plus qu’une autre, je ne décide rien et c’est celui-là qui cogne ma poitrine qui me fait perdre la raison, celle que vous autres, vous mettez droit devant pour freiner ce sentiment étrange et ne pas sombrer dans cette douce folie qu’est aimer sans aucune limite.

 

Il n’y a rien de stable dans une vie, tout bouge et change, chaque individu évolue avec le temps, son environnement et dans l’univers auquel il vit, qui est aussi lui entouré de molécules en perpétuel mouvement.  

Et Change
commentaires

Piller

Publié le 7 Février 2009 par Sév dans Vous Autres

Dans l’abime, cherchant un abri, les pas aiguillent le temps. Un morceau de rien dans le creux de la main, de quoi tenir la vie. Un passant déchire un bout, sans se soucier de cette âme frigorifiée, « Fait avec ce qui reste et mange moins ». Les ombres passent avec un regard indifférent, le froid pique les pieds, fait mal aux mains. Il reste un peu de miettes, de quoi apaiser cet estomac qui tiraille. Les pensées remplissent un peu la tête, l’ivresse de la détresse réchauffe un court instant, de quoi encore un peu survivre.

Au réveil, les mains vides, le corps recroquevillé et écrasé, les membres frissonnent, mais en vie.

Dans la survie, suffit le peu. L’âme pillée, le corps souillé, je peux continuer à avancer sur mon chemin. Mon cœur bat encore de toutes forces, un seul battement d’ailes suffit à aimer.

     

Vol

commentaires
1 2 > >>