Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Mon Etoile, Prête-Moi Ton Oreille

En créant cet espace, je pense à laisser une trace avant le départ sans date. Peut-être demain, peut-être dans quelques années... Un lieu d'échange, un confident où je ne sais quand je lui rendrais visite, ni même pourquoi ?

Folie Douce

Publié le 27 Avril 2009 par Sév dans Maintenant

Je ne sais pas si un jour, je vivrai, mais je souhaite rêver tout le temps et voler encore longtemps. Je ne veux sortir de ce sommeil, la vie après tout est un rêve, le réveil est toujours brutal, tourné vers l’inconnu. Je veux vivre mes rêves jusqu’au bout, les nuits sont trop courtes. La nuit sommeillent tous les gens et je reste échappée à la masse, je me saoule avec tranquillité de ce silence que moi seule écoute et vis. Je peux vivre mon évasion comme je l’entends et comme je veux, personne n’est là. Je me mets à écouter les chuchotements de la tête, le silence hors corps texte fredonne des sentiments endormis depuis trop de décennie. Je voudrais mourir ainsi, seule avec moi-même avec cette mélodie et là je peux voir tout le monde sans crainte, sentir la présence, là je peux m’aliéner de ma personne sans tout le monde, la fermée des pas comme les autres, celle qu’on oublie quand ça arrange, celle clamée par utilité. J’aime bien cette évasion, je peux tout lâcher sans raison, sans justifier. Je peux être entière et folle à la fois, pleurer tout en riant, faire silence tout en criant, je peux sortir de moi-même toutes les tentions retenues de peur de croiser les remontrances, les jugements des petitesses d’esprit, des cerveaux bien rangés. Le vilain petit canard peut brouter de son herbe tout en gerbant sans éclabousser le voisin resté à l’étage dans la cage à lapin.

Sinon ça va, j’aime bien ma folie et sans elle je sais plus rien, ni qui je suis, ni d’où je viens, ni pourquoi je suis ici, ni ce que je dis.

Folie, prends-moi tout le temps.

 Badaboum


commentaires

Á Bord D’Aile

Publié le 17 Avril 2009 par Sév dans Maintenant

    Ces départs sans au revoir,

                 Où penser se voir

                          S’en va tout aussi

                                  Dérisoire.

                                 Un fichu lien brisé

                            N’a même jamais

                       Existé,

                   Les sens en fusion ;

               Des mots contradictoires,

         S’en mêle la déraison.

              Plusieurs versions,

                      Un contre sens

                              De pensées en transe

                                   De visions en balance.

                          D’une rive à une autre,

             Des doutes attendent d’autres.

                   Aucune solution

                         Á aucun blème,

                                Tout est résolu

                                       Puisque dissolu,

                                             Les membres éclatés

                                                 Dans l’absolu

                                                       Ils s’en sont évadés.

                                                    Comprendre

                                             Serait se méprendre,

                                   D’Un coup d’aile

                          Et retour au grand bordel.

                                Les cloches raisonnent

                                       Sur un traîneau

                                            Á l’abandon,

                                                 Les reines se sont taillées,

                                                     La poule sonne

                                                         Sur le balcon

                                                            Un air sans saison.

                                                  Larme au nez,

                                          Idées désordonnées,

                                   La vue se trouble

                            Ma tête pense double.

                                Sans amour

                                       En contre sens

                                           Ce temps

                                                 Reste lourd

                                                     Et orageux,

                                                           En suspend

                                                                Accroche peu.

                                                            Je suis le centre

                                                        Et tout autour

                                                     La vie défile,

                                                 Les gens se tissent

                                              Pour se tenir

                                          Et s’entretenir,

                                       Se lire

                                    Et se désunir.

                                         Ma physique dérive,

                                                 Mon astre ivre

                                                     Et je suis

                                                         La vie.

                                                    Au sommet

                                                De la pile,

                                         Les rêves s’entassent,

                                    Les images passent,

                              Un instant de suspension

                          Où vivre est évasion.


commentaires

Douceur Printanière

Publié le 11 Avril 2009 par Sév dans Au fil des rencontres


Le soleil de retour, dehors il fait doux de rester sous le soleil à ne rien faire.











Les fleurs enivrent la tête encore endormie d’un temps ralenti et glacial.




Les couleurs printanières éclatent et hypnotisent les pensées.



Sous les rayons de mille et une couleurs, le regard se fige et se laisse aller à la douceur printanière.  
 














C’est joli, n’est-ce pas ?

commentaires

Place Des Minous

Publié le 3 Avril 2009 par Sév dans Mes Chats

Depuis quelques temps, je n’ai plus droit à mon fauteuil. Félix s’impose.

Quand je suis dessus, il vient vers moi, miaule sans arrêt, me demande caresse, se frotte à mes jambes, s’étend, ronronne ; je craque en bisous et en l’inondant de câlin. Ensuite, je lui donne de l’eau fraîche dans sa gamelle et hop, lui profite de cet instant pour sauter dans le fauteuil et pas moyen de m’asseoir avec, la place est prise…

Il a un regard qui fait que bon, j’ai compris « s’il te plait laisse le moi » et je ne peux pas insister. Il use de son charme.


 Félix à sa place


Mickey a aussi sa place et observe sans rien dire.

Mickey sur l'arbre
 

Je n'ai plus qu’à prendre la chaise.

Ma place

commentaires