Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Mon Etoile, Prête-Moi Ton Oreille

En créant cet espace, je pense à laisser une trace avant le départ sans date. Peut-être demain, peut-être dans quelques années... Un lieu d'échange, un confident où je ne sais quand je lui rendrais visite, ni même pourquoi ?

Michael Jackson

Publié le 26 Juin 2009 par Sév dans Au fil des rencontres

Ce matin au réveil, j’entends sur France Info la mort de Michael Jackson. Je me suis dit encore une rumeur sur lui de plus, me laissant indifférente. Et puis en prenant le volant, à la radio NRJ, là j’ai réalisé que cette info était bien vraie. Ses chansons se sont enchaînées, ma gorge s’est mise à se nouer et les larmes se sont échappées.

Je me suis replongée à l’époque où j’étais au collège. Je me levais avec lui ; la journée mon walkman le passait en boucle, d’ailleurs en ce temps c’était le top d’avoir un baladeur cassette avec la touche « repeat » en option, pas besoin de retourner la cassette, la lecture se remettait toute seule de l’autre face. Il a bercé mes années collège jusqu’au lycée, pas une journée ne passait sans l’écouter.


 

Je ne sais pas pour la plus part de ses chansons ce qu’elles disaient exactement, mais je les aimais presque toutes, pour ce qu’elles dégageaient, elles me faisaient vibrer, l’essentiel était là. Je n’aurais en aucun cas raté une émission tv de lui, je dévorais toutes infos le concernant dans les magazines, découpant chaque article, toujours rangé dans un classeur.

 

Sur la route, un film s’est déroulé laissant sur le tapis de la tristesse et de la compassion, c’était un être de souffrance. Je me sentais bien avec lui et quand j’avais de ses nouvelles, je le voyais ne serait-ce que quelques secondes sur l'écran, j’étais heureuse pour des jours, je l'aimais alors que je ne savais pas qui il était. Je pouvais rêver de lui des journées entières, je m’évadais à plus savoir où j’étais.
 

Parfois on aime les gens sans vraiment les connaître, on se sent proche d’eux sans savoir pourquoi, comme si un lien existait déjà, comme si on s’était toujours connu et peu importe si ce n’est que rêves, c’est de l’amour. Je ne l’ai jamais rencontré physiquement et je n’ai jamais conversé avec, mais durant mon ado, on m’aurait annoncé sa mort, cela aurait était ma vie qui se serait éclatée. Aujourd’hui, savoir qu’il est mort est une partie de moi qui s’échappe.

 

Il m'a donné du rêve, je lui ai rendu de l'amour. C’était un grand homme.

 

 

commentaires

Convertible

Publié le 24 Juin 2009 par Sév dans Au fil des rencontres

J'ai fait une folie. J'ai viré mon lit et à la place j'ai mis ça. 

banquette meridienne



Cela fait une plombe que j'y pense, si ce n'est pas des siècles et d'un coup hop dés que j'ai croisé cette méridienne, j'ai eu le coup de foudre et j'ai sauté dessus.

banquette


Je n'ai plus besoin du gros lit datant du siècle dernier qui me prenait trop de place et qui me servait à rien.

commentaires

Porte La Claque

Publié le 15 Juin 2009 par Sév dans Vous Autres

                     La porte se met

                              Á gronder,

                                    Un air glacé

                                         Frôle mes bras,

                                                Les membres

                                                      Se craquent,

                                        Á les entendre

                               Se battre,

                         Ici bas

                   Une claque

             Marque

        Une fin.

           La terreur

                 Débarque

                     Et s’en suit

                         Un bruit…

                 Lui assomme

        Toutes raisons,

  Fige pensées,

         Le corps apeuré

                 Se tient cloîtré

                        Aux barreaux crispés

                               Sur un temps arrêté

                                    De sentiments

                                          Qui ont lentement

                                                Fissuré

                                                     L’entrée.

                                               La claque aux murs,

                                      Elle a grondé dur

                            Et d’une fissure

                 Elle s’est arrachée,

                        Divisée

                              Dans une mêlée

                                   De colère

                                        Où se perd

                                               Chagrin

                                                    De douleur,

                                                             Á en crever

                                                                  Malgré les peurs.

                                                           L’autre de tristesse

                                                    Se cache de faiblesse,

                                           Épuisé d’un combat

                                  D’un cœur malmené,

                          Tout emmêlé

                  Il ne cesse d’aimer,

          Sans moi.


commentaires

Un Chant Dort

Publié le 9 Juin 2009 par Sév dans Maintenant

                     Il avance toujours,

                         Je ne sais l’arrêter,

                              Face au jour,

                                  Je le laisse exploser.

                            Un monde à part

                       Où je me barre.

                          Séjour impitoyable

                            Dans ma prison.

                         Les heures se tuent

                      De gestes misérables,

                   Un saut long

               Pour sortir

           Des mûrs martyrs.

            Une chute

                Á l’état brut,

                   La mémoire

                     Anesthésiée,

                  J’ai oublié

              D’exister

           Sur un trottoir

         Á l’abandon.

            Temps mort,

                De moi-même

                    Je sors

                       L’envers

                           Du aime.

                     S’il fallait

                  Recommencer,

                   Comment s’échapper

                      Sans se zapper,

                  Comment ne pas

                Se froisser

                  Et d’un air

                     Glacé,

                        Plonger,

                         Á tout oublier.

                  Une image arrêtée

            Se chiffonne

         Et grisonne,

           Le regard plongé

             Et figé

               S’abandonne

                 Au flou,

              Les pensées

          Sont restées

        Au trou.

           Une parenthèse

              Laissant

                 Quelques temps

                     Blessants,

                    Á l’aise

                  Dans le silence,

              Les désirs

        Volent en soupir.

commentaires