Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon Etoile, Prête-Moi Ton Oreille

En créant cet espace, je pense à laisser une trace avant le départ sans date. Peut-être demain, peut-être dans quelques années... Un lieu d'échange, un confident où je ne sais quand je lui rendrais visite, ni même pourquoi ?

Changer Rime Avec Déboussolée

Publié le 19 Novembre 2007 par Sév in Au fil des rencontres

Vendredi, je passe les exams, une bonne chose qui sera faite. Je me dis dans les pires des cas, ils m‘annoncent un big truc et je passe sur le billard. Je me fais à peine des films. Leur préparation est draconienne quand même et cela se prépare dés maintenant, ça te met direct dans l’ambiance.

Je ne sais pas dans l’histoire quelle est ma plus grande peur. Il y a toutes ces machines qui vont m’explorer en détail et des inconnus qui vont me mater à la loupe et en plus au trou de balle. Encore un intrus qui va passer dans le corps, ça me rend malade. Après avoir était explorée de l’intérieur, il y aura l’attente des résultats. 
Je me fais des scénarios en attendant pas possible, souvent je me dis : « ma pauvre fille, le jour où on t’annonce une mauvaise nouvelle, tu te seras tellement rendue malade avant que celle des autres passera d'une oreille à l'autre », le pire c’est que c’est ça. Tout le temps pareil, tout passe par ma tête : des pires nouvelles, aux catastrophes dignes d’une fin du monde. Le jour arrivé… la nana est complètement à côté de ses pompes, tellement elle s’en ait mis dans le crâne. C’est du total délire, mais je n’arrive pas à être zen, j’angoisse au moindre truc nouveau.

J’ai passé dans la ville où je suis née, chercher toute cette mitraille pour la préparation. Ça faisait des mois que je n’avais pas roulé là dedans. Déjà d’une, ils mettent des ronds points partout, à un moment je me suis demandée si j’étais bien dans la ville que je devais passer et ensuite ils ont bougé le pont, le big truc. Coincée au moins 5 minutes dessus et le pire c’est que tu sens les vibrations dessous. Je me demandais si ce n’était pas Titine qui toussait, mais non, je ne sais pas ce qu’ils fabriquent mais leur nouveau pont, il vibre. Dans la voiture, je me voyais déjà en bas, tombée et écrasée avec Titine sur la voie ferrée. 

Ensuite passée cette fameuse jungle, j’arrive au soit disant hôpital où je dois prendre l’ordonnance. Je rentre et là, je me dis : « Ils sont tous capoutes là-dedans ». Il n’y avait personne… Je n’osais pas crier et il n’y avait pas de sonnette. Dans le hall d’entrée, se trouvait un bureau avec un téléphone, je me suis donc dit « il y a bien un accueil », ensuite je m’avance tant bien que mal et je scrute les couloirs. 
Je n’avais pas mis les pieds là-dedans, depuis que je me suis fait enlever mes dents de sagesse, cela fait bien quinze ans. Ce qui m’a aussi paru bizarre, c’est le plan du rez-de-chaussée, ça ressemblait plutôt à un hôpital psy (Salle ergothérapie, psychologue, salle séjour, coiffure, cuisine…). 
Je commençais à m’impatienter, personne ne vient et sur le parking qu’une voiture avec ma Titine. Je me suis avancée un peu dans les couloirs et je pointe mon nez dans les salles ; Elles sont toutes vides… 
Je m’inquiétais grave, l’heure tournait, bientôt, le centre de radiologie allait fermer ; Il restait une heure mais bon… Je me suis demandée où j’étais atterrie, surtout qu’il y a 15 ans, c’était là l’hôpital ! 
Je commençais à angoisser et stresser. Et puis de loin, j’entends des voix masculines, je les suis, elles descendent dans une cage d’escalier « interdit au public ». Me voila bien… Je descends ou pas ? Je commence à frapper les murs, en espérant que mes échos viennent jusqu’à leurs oreilles, mais rien à faire je suis trop loin. J’hésite et je chuchotte : « Il y a quelqu’un ? », parle toujours tu m’intéresses. 
Je commence à piétiner en regardant l’heure et en me demandant si je n’étais pas dans un cauchemar ? Je descends les escaliers à pas d’escargot et je crie d’une voix ferme : « Il y a quelqu’un ? ». Cette fois ci, on m’a entendu, c’était un ouvrier, il est venu jusqu’à moi. De là je lui dis : « C’est pour la préparation d’une radio », il me dit : « Il y a plus d’hôpital ici, nous sommes en train de faire un centre psy, il faut aller sur la grande ville », bref la ville du claire de Lune. 
Je suis sortie, toute affolée, j’allais rater mon RDV et de plus c’est dans la ville de fous où une fois j’ai fait 120 bornes sans jamais trouver où je devais aller. Paniquée, je téléphone au numéro que ma Doc m’avait filé, donc au centre de radiologie et je leur dis la mauvaise aventure : « Je pensais que c’était toujours au même emplacement votre radiologie, je suis à l’hôpital mais il n’existe plus, il est en plein travaux ». La dame me répond avec un large sourire, il y a de quoi, lol... : « mais oui, nous sommes toujours à la même place, mais sur la rue, pas dans l’hôpital même... » et de là elle m’explique où c’est ; Je n’étais pas loin ça va et ce n’était pas dans cette fameuse grande ville ! Grand soulagement, je suis arrivée quand même et à temps.

Quelle aventure, je me fous vraiment dans de sacrées situations… En attendant, je dois tenir jusque vendredi, en ne perdant pas les pédales. 

Commenter cet article

POUPETTEA 26/11/2007 20:57

COUCOU TRES SYMPA TON BLOGBONNE FIN DE SOIREEBISOUSSSSSSS

Sév 26/11/2007 20:59

Ah oué.                                                          

bleucéanne 24/11/2007 15:17

Il y a des moments vraiment terribles dans la vie, ne plus retrouver aucun repère est un cauchemard que je fais souvent éveillée, comme celui qui t'es arrivé, heureusement que tout finit bien ! Bon courage pour tes soucis de santé, Bleucéanne

Sév 24/11/2007 15:27

Journée fin bonne.                                                      

Inès 23/11/2007 01:06

Le hasard vient de me pousser ici et je ne suis pas déçue.Bien à toi.

Sév 23/11/2007 01:23

Te laisse pas faire, pousse le aussi.                           

Dominique rêve... 22/11/2007 22:31

Bon courage pour demain Sèv !!Ça ira,ton étoile seratout près de toipour veiller sur toi.

Sév 22/11/2007 23:07

Mais oui, t'en fais pas.                                      

Kinou 22/11/2007 18:59

Ta petite histoire est écrite avec beaucoup d'humour et même si tu es morte de trouille jusqu'à l'attente des résultats, tu nous as fait rire avec les vibrations de Titine.. Bonne soirée Sév

Sév 22/11/2007 19:27

Soirée bonne aussi.