Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon Etoile, Prête-Moi Ton Oreille

En créant cet espace, je pense à laisser une trace avant le départ sans date. Peut-être demain, peut-être dans quelques années... Un lieu d'échange, un confident où je ne sais quand je lui rendrais visite, ni même pourquoi ?

Lame glacée

Publié le 25 Septembre 2011 par Sév in Maintenant

Je te vois lumière,

                  Je suis dans cette pénombre,

                                Je sens ta chaleur,

                                                    Elle me glace.

                                         Ta caresse me bouleverse,

                           Mes larmes à flot

         Ne s’arrête plus.

                            Tristesse si intense

                                      Que tout s’arrête

                                                 Dans ce monde en mouvement.

                                   J’avance,

                      Je ne sais où ;

             Je fonce

                     Vers je ne sais quoi,

                                                Un mur.

                                   Désespoir,

                       Fin de vie

     Arriveras-tu ?

                     Amour, haine,

                                Destruction, violence ;

                                              Sans un présent

                                                         Qui ne sait être là

                                                                    Sans un passé

                                                                                Démodé,

                                                                                        Décousu de sens

                                                                                                 Qui me hante.

                                                                                       Une feuille tombe

                                                                           A son sens,

                                                          Corps sans infini,

                                             Ame a n’en fini.

                                                              Jour de plus,

                                                                              Nuit encore,

                                                                                     Qu’est-ce ce décor ?

                                                                        Je ne suis pas où,

                                                      Je vis avec rien

                                   Et en tout ne m’accroche

                    Dénudée de sens,

    Abime intense.

 

Boum

Commenter cet article

Bertocchio 27/09/2011 20:56



Les blessures anciennes sont faites pour cicatriser. laissons le désir nous parler, aussi difficile celà soit il....


 


Bien à toi