vous autres

Publié le 13 Septembre 2008

Ma dent vient d’éclater, au pied de la racine. J’ai encore un morceau qui tient. J’ai un trou dans une dent. Elle est noircie… Cette dent que cette dentiste était censée soigner… Elle m’avait dit que c’était une petite carie… Je vous rafraîchis la mémoire (Dans ta face). J’ai cru mourir de douleur ce jour-là, elle m’a fait ça à vif, sans m’endormir…

 

Depuis, ma dent noircit. En Juin, j’ai contacté un autre dentiste, mais il ne peut me prendre avant fin Octobre. Je ne peux rester avec cette dent ainsi… Et impossible de joindre qui que ce soit au téléphone. Je suis maudite…

Je suis épuisée… Epuisée de devoir me débarrasser du mal des autres. Je ne sais plus où donner de la tête. Cette dent me frustre. Je n’arrive à joindre personne.
Personne, oui, quand tout va mal, il n’y a plus personne. Je vois les gens seulement quand ils ont besoin… Seulement parce que Séverine est là pour soulager, pour porter ce qu’il y a en trop…
Je suis coincée, paralysée… Plus personne. Je ne peux pourtant pas rester avec un trou dans cette dent, le reste va aussi lâcher. Je vais perdre une dent parce qu’une nana avait besoin de se défouler sur ma face… C’était une petite carie, m’avait t-elle dit.

 

Je reste assise sans savoir faire quoi que ce soit. J’ai la tête embrouillée, je suis à fleur de peau. Je fonds en larme. Je ne sais plus… Je ne tiens plus. Je ne sais plus quoi penser, mon corps est sous pression, je ne le supporte plus.
Je ne fais plus confiance à qui que ce soit. Je suis fatiguée de devoir toujours lutter et me battre, juste pour vivre ou plutôt pour survivre, juste pour me faire respecter.

Je n’ai jamais commis de crime et pourtant, ma vie est un fardeau, le monde m’est insupportable, il m'étouffe.
Je ne sais plus rien faire, ni penser, je reste figée, sans réagir. Je ne sais plus tout simplement, je n’ai plus la force. J’aimerais qu’on me fiche la paix.


Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Vous Autres

Repost0

Publié le 9 Septembre 2008

                                   Des vies

                              Décalées ;

                          Sans intérêt

                                 L’existence

                                         Avance,

                                     Creux

                                D’ignorance,

                           D’égocentriques

                       Pathétiques.

                          Des cas,

                              Des ages,

                                  Décalage

                                      D’âmes,

                                         Vie

                                            Blâme.

                                      Des jugements,

                              Des fondements,

                        D’hypocrites

                    Statiques.

                      Passent

                       Les sens

                           Ciel,

                        L’essence

                    Même…

                 D’une vie.

                   Détruit,

                       Puni,

                          Par être

                             Déformé,

                           Déclassé,

                             Dérangé,

                                Paraître

                                   Au norme,

                                 Le reste

                               Aux fous,

                                  La peste

                                      Écartée,

                                     Le monde

                                   S’en fou.

                                     Inondent

                                        Cruautés,

                                           L’intérieur

                                             Froissé ;

                                         De côté

                                          Isolé,

                                             L’esprit

                                               Torturé,

                                           À jamais

                                      Le coeur
                                   Blessé.

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Vous Autres

Repost0

Publié le 5 Septembre 2008

                                                                          Tant fait,

                                                                    Tant donné,

                                                             Tant aimé ;

                                                      Sans regarder,

                                             Sans me soucier,

                                     Sans me méfier ;

                              En toute volonté,

                      En toute simplicité ;

             Avec naïveté.

                   Tout simplement

                              Car différemment

                                        Je sème

                                              Ce que j’aime,

                                                      Sans jugement

                                                            Ni fondement.

                                                 Avec respect

                                         Et honnêteté,

                                 Sans jamais

                           Regarder,

                      J’ai donné,

                Sans jamais

           Douter ;

                 Dans la confiance

                                     Avec complaisance.

                                                        Je me suis trompée,

                                                  J’ai trop aimé

                                        Á m’en oublier,

                           Á me contredire,

                J’ai laissé partir

                        Mes doutes

                               Et en route

                                       J’ai récolté

                                                Tromperie

                                                      Et duperie.

                                              Je n’ai jamais

                                         Compris

                                    Ces éclats

                                 En plus

                            Dans ce cœur

                       Lourd

                Qui tant bat,

          Ni même pensé

    Á vous juger ;

          De moi

                J’ai toujours

                        Douté

                              Et lutté ;

                                   Je me suis

                                         Fait tromper

                                                  Et abuser.

                                            Chagrin,

                                      Colère,

                              Amertume,

                       Je ne crois

                Plus en rien,

          Je ne peux plus.

                 Je suis lasse

                        De toujours

                               Porter

                                      Pour vous

                                            Soulager,

                                                 J’en peux plus.

                                    Je vous croyais

                             Honnêtes,

                       En fait

                En rien

        Vous l’êtes,

               Sur ma tête

                     Encore

                           On me tape

                                 D’abord.

                     La confiance

            Et l’espérance

      S’en sont

 Allées.

       Je suis épuisée

                Et déçue

                          D’avoir

                                Tant perdu,

                                        Pour avoir

                                               Tant donné,

                                                       À n'en plus voir,

                                                               À trop aimer.

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Vous Autres

Repost0

Publié le 1 Septembre 2008

Je n’arriverais jamais à être sur la même longueur que le commun des mortels. Plus les années passent, plus la distance se creuse. Je suis épuisée de faire autant d’effort pour essayer de vous comprendre, pour encore et toujours faire comme si, faire semblant d’être comme vous. Je me demande souvent pourquoi j’éprouve un aussi grand écart en votre présence et pourquoi qu’en j’essaie l’approche je me fais toujours duper, je suis pris au piège à sentir mon existence dévier, en danger.

 

Pourquoi ce mal-être, ce tourbillon de sentiments qui me mitraille ? Pourquoi j’ai envie de mourir quand vous êtes à mes côtés ? Je trouve l’humain d’une futilité… d’une médiocrité. J’aimerais aussi rire de mon voisin, échanger des banalités, l'envier, le jalouser ou me dire que je vais me casser avec ma bagnole faire un tour pour me changer les idées tiens ! Mais je ne peux pas ! Cela ne me correspond pas, ça me satisfait aucunement et je ne serais pas le faire ! Je dévie le problème, je lui tourne le dos et il me rattrape et il est toujours là ! Mais de quel souci je parle ? J’en ai un au moins ? J’en ai peut-être des masses ?

 

J’en ai plein le dos de toute l’humanité et de ses conneries ! Pourquoi je ne suis jamais à ma place ?
Pourquoi il n’est pas un jour sans que je pense à ma mort ? L’idée que je parte de moi-même, me rassure. Parfois il est tellement difficile de comprendre et de supporter tout ce qu’il y a autour de moi en plus de ce qu’il y a dans mon intérieur que l’idée de mettre fin à tout ça d’un coup et de moi-même me soulage.

Oh ! Mais, ne montez pas sur vos grands chevaux, à bas les leçons de moral ; Je connais les phrases toutes faites et vous pouvez vous les garder. Ce n’est pas ça qui me fera avancer d’un pas ou même changer.
Parce que oui, en parlant de changement, qu’est-ce qui pourrait changer pour que ça aille mieux ? RIEN !

Je ne peux et ne veux pas changer le monde et en ce qui concerne mon ego ça fait un bail que je l’ai mis de côté, les retrouvailles font mal. Il me fait souher celui-là, je ne peux pas penser à ma face sans m’en foutre plein la yeule, difficile de penser à moi-même sans penser à vous autres, je ne vis pas sur une île déserte à mon grand regret.

 

La société me stresse, m'emmerde et m’épuise. Ce n'est pas mon truc et ça ne le sera jamais de me dire que je vais fonder une famille pour me fondre dans la masse, mais pourquoi ?? Pourquoi je ne peux pas être comme tout le monde ? Même un tout petit peu !
Quand j’étais gamine en primaire je trouvais ennuyeux les récréations et le prof qui nous demande d’apprendre à compter 1+1=2, mais pourquoi avant on m’a pas dit à quoi ça servirait ?

Pourquoi lire des bouquins entiers alors que je sais lire ? Pourquoi tout le monde a des potes et pas moi et à quoi ça sert d’en avoir ? Quel plaisir ont-ils à sauter autour d’une corde ? Pourquoi je les fais marrer ? Pourquoi le mec me demande quel métier je veux faire demain alors que le présent m’est insupportable ? Mon avenir ? Mais quel avenir quand tu as 16 piges et que tu souhaites qu’une chose crever ! Tu ne sais même pas qui tu es dans le maintenant et il faut penser à demain. Toujours cet énorme décalage !

J’avais qu’une hâte aller retrouver mon poulailler, parce que oui en compagnie des poules et des canards, je pouvais rester des heures et apprendre plein de chose avec eux sans même qu’ils m’obligent ou me demandent quoi que ce soit. Manger, picorer, marcher sur la terre, courir dans l’herbe, attraper une mouche, chercher de beaux cailloux et rester assis sans rien faire, regarder tout ça sans aucune prétention, ni attente et m’endormir paisiblement sans se soucier du temps, ni des gens. 

Observer une jolie fleur ; Le regard figé, attiré, il n’y a plus rien autour, la tête se vide, les pensées passent paisiblement, puis les sentiments font surfaces ; Nous ne formons plus qu’un, elle me donne son souffle, je lui ai donné le mien, un partage intérieur, un essentiel, une vitalité unique.

 

J’ai toujours trouvé la vie ennuyeuse et ça continue ! Je me dis quelquefois, je vais me créer une autre addiction en plus du web, pour dire d’être plus attachée à la vie mais je sais que ce n’est pas ça qui va régler cet ensemble de mal-être. Je ne veux pas tourner le dos à l’essentiel, c'est-à-dire à moi-même, je veux continuer mon cheminement mais en même temps l’écart se creuse avec les gens, j’ai de plus en plus de mal à faire semblant, faire comme si… juste pour m’en rapprocher !

C’est difficile de vivre avec moi-même et puis vous autres… Parfois j’ai peur, j’ai peur de tout perdre.

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Vous Autres

Repost0