Publié le 8 Novembre 2007

À l'abri 
 Loin du monde ;
  Dans l'oubli,
   Cache profonde ; 
    Un abîme construit,
     Le temps d'une survie. 
      Une fuite en avant,
       La prison droit devant. 
        Chute de soi,
         Égare-toi, 
          Enfuir
           Et ainsi se punir. 
            Lourde tâche,
             Sans attache, 
             Approche l'agonie, 
             Lien détruit,
            Vas-y fuit. 
            Ferme la porte,
           Dans les conflits
          De toute sorte
         Encore tu détruis. 
        Cache et survie, 
       Eux oublient,
      Toi renie.
     Envole et
    Plane,
   Ils condamnent ;
  Tu te tais.
 Vole plané,
Tout en pensées. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Maintenant

Repost0

Publié le 7 Novembre 2007

Je ne capte pas pourquoi je me prends la tête sur des jours de l’année bien précis, longtemps avant que ceux-ci arrivent ? 
J’appréhende un instant, celui-ci ne dure qu’un temps, un petit laps de temps par rapport à ce que j’endure avant. Il se passe une journée et à cette journée, il m’arrive d’y penser un mois, voir deux à l’avance. Quelque part cette journée, je la prolonge, elle dure des semaines voir des mois, c’est fou quand même. 
Il ne suffit pas de savoir, ça continue d’année en année. Je me trimbale ces jours, des mois à l’avance et je les cogite, je bâtis les scénarios, je m’imprègne des catas, jusqu’au malaise. 
Un rien me ramène à ce jour que j’aimerais tant oublier, ne pas penser des lustres longtemps avant. Je ne sais même plus pourquoi je le redoute tant, les sentiments sont pesants, je m’emmêle les pensées. 
Le jour arrivé, je suis complètement ailleurs, déconnectée. La plupart du temps, j’ai un mal fou à me souvenir de ce qui s’est passé ce jour. Comme si tout m’arrivait dessus, je suis anesthésiée. Tous ces instants se mélangent, le passé, le présent, ce qui s'est fait ou pas, je ne sais plus. Je ne sais plus ce que j’ai vécu et ce qui s’est passé. 
Je ne sais plus de quoi sont faits mes souvenirs. Il me reste ces ressentis qui font grandir les sentiments et viennent me lourder, jusqu’à me parasiter.

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Maintenant

Repost0

Publié le 6 Novembre 2007

Parfois j’ai des mots qui restent figés dans ma tête et sans savoir pourquoi ils ne bougent pas et je pense sans arrêt à ce mot. Je le répète sans cesse tout haut dans ma cervelle, je tourne autour et essaie de savoir ce qui me relie à lui pour qu’ainsi, il me tienne. 
Je ne peux m’empêcher d’étaler ces mots, un à un sur cet écran. Je ne sais jamais jusqu’où je vais aller, jusqu’où ils vont m’amener, ni même pourquoi ce besoin de faire naître ces lettres qui s’enchaînent. Les phrases apparaissent, le chemin prend forme et je peux ainsi avancer.

J’ai la frousse de changer, de croiser le nouveau, celui que je ne connais pas. J’ai peur d’être surprise par l’inconnu. Pourtant, les mots que j’envoie, me font voyager vers tout ça, mais je n’ai pas peur avec eux, je suis tranquille ; J’aime me laisser porter et me laisser aller. Ils me surprennent de part ces longs voyages, ce chemin qui se construit petit à petit. Avec eux, je trace ma route, ils guident mes pas. J’avance parfois à l’aveuglette, je déballe sans me poser toutes ces questions qui peuvent me prendre la tête toute une journée. Quand ils viennent et que je me laisse aller, nous ne formons qu’un, mes doigts tapotent a leur rythme. C’est d’une grande intensité, je plonge dans cet intérieur, sans avoir peur de me cogner. Je voyage accompagnée vers ces sentiments qui me bouleversent tant. Je ressens une quiétude quand les mots viennent et prennent forme ainsi en phrases, mon chemin se trace, comme mon histoire.

Mais où je vais ? Où je suis ? Pourquoi je dis ça ? 
Peu importe, je n’ai rien à perdre, j’existe à travers ces mots, je me sens libre. Je m’exprime, je libère mes ressentis, je verse ce trop plein, je comble un besoin celui d’échanger et de partager. J’avance et petit à petit, je me construis. Je ne veux pas changer, mais je veux bien échanger. Indispensable pour avancer : le partage. Peut-être qu’un jour je ne chercherais plus à exister. 

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Au fil des rencontres

Repost0

Publié le 4 Novembre 2007

 La zizanie, tu sèmes ;
En taudis, tu aimes.
Les mots
Envoyés à la pelle, 
Les disputes s’emmêlent.
Le niveau 
Ne vole pas bien haut,
Tout ça,
Á cause de toi.
Mélanger,
J’aime
Ces mots,
Jusqu’au bordel,
Á en perdre haleine. 
Quel fouillis,
Balance de tout
Comme des fous. 
Plus de limite,
Tout le monde s’effrite.
Sorti de nos abris
Par les conflits, 
Qui finalement 
Nous rapprochent ;
Évidemment
L'anarchie s’installe,
On s'accroche.
Les maux se déballent,
No limite,
On se pique.
On sème la zizanie,
On s’aime en taudis.
Tu récoltes l’expulsion,
Plus rien n’importe ; 
Tu ne fais guère attention,
Quand il a pris la porte,
L’amour emporte,
Toutes les raisons.

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Vous Autres

Repost0