Publié le 21 Septembre 2008

 

             L’enfer

                Du silence,

                    Des maux

                         En carence,

                            Déviance

                                 Dans la violence,

                                      Un respect

                                         Oublié.

                               Souillée

                        Par le mensonge,

                           De mots

                                Manipulateurs,

                                        De maux

                                              Révélateurs,

                                                     Des faits

                                                         Trompeurs.

                                           La perversion

                                          Met

                                        En prison,

                                     Respect

                                   Et honnêteté.

                                      Une évasion

                                           De lâcheté,

                                               De mensonges

                                       Et de songes

                                  Brisés…  

                                     Déraison,

                                         Trahison,

                                      Décalée

                                De tous faits,

                                    Une vision

                                          Autre. 

 

 

Mon intérieur est un jardin dévasté et souillé par le monde extérieur, trompeur et manipulateur.

 

Pourtant je le trouve toujours beau, je suis accrochée à ce lieu, je n’arrive pas à le quitter, malgré toutes ces blessures.


J’aime écouter cette mélodie, elle m’emmène sur les sentiers intérieurs, je la trouve belle. Guide mes pas et tout bas, dis moi, où on va. Ta chaleur me porte hors du monde, dans le tout et avec tous, nous sommes reliés.  

 

J’accueille ma souffrance avec respect, je l’écoute, je vais jusqu’au bout, je crie avec elle ma blessure, je ne la renie plus. Je ne peux plus l’étouffer… Mon intérieur souffre, je ne peux renier cette douleur. Cette souffrance fait son chemin, la douleur vit et s’en va, nous ne formons plus qu’un.  

Amour sans limite, je ne peux t’arrêter. Les sentiments emportent vers la déraison, sans compter, à m’en oublier. J’aime ainsi et j’aimerais toujours ainsi, car dans l’amour il n’y a pas de raison, ni de frontière, c’est une force intérieure incontrôlable. Il est simple et tranquille, sans pensée, sans attente, ni doute, douce chaleur de l'intérieur.


J’ai peur du monde extérieur, de ces gens en rien honnêtes qui abusent de ce sentiment, de la confiance qui va avec. J’ai peur de me laisser emporter et encore tromper, pour être abusée.

Pourquoi l’être humain ne sait-il pas aimer ? Pourquoi cherche-t-il toujours compliqué ? Pourquoi cherche-t-il toujours à justifier ?

 

Aimer ne s’apprend pas, l’amour demande une seule chose, l’honnêteté de soi-même d’abord, puis des autres, il se vit.  

 

Vous avez déjà aimé un animal ? Essayez ! Il donne sans compter, sans vous juger, il aime en toute simplicité. Cet échange est une essence ciel…

 Je t'aime


Vis et écoute l'amour, à lui seul il est force.
  

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Vous Autres

Repost0

Publié le 16 Septembre 2008

Je commence à avoir mal à cette dent et je saigne des gencives. En les lavant, j’ai dû accrocher une partie du plomb. Il y a des trucs qui bougent dans cette dent. Je n’arrive pas à voir ce que c’est, c’est en haut au fond du palais.

 

La douleur se réveille, il est passé minuit. Heure à laquelle le monde s’endort.

J’ai eu un rendez-vous chez le dentiste en urgence, que dans deux semaines, personne ne peut avant. Je me vois mal prendre ma Titine et aller aux services d’urgence des grandes villes.

Je ne veux pas aller m’endormir avec tout ce bordel qui bouge dans ma bouche, si ça pète en dormant ? Je finirais étouffée…  

 

Pourquoi ça m’arrive en pleine nuit ? Je ne dormirais pas cette nuit tranquille, même pas une heure, cette dent ne m’aura pas. J’aime la nuit, c’est une belle compagne de vie.

 

Me revoilà seule avec ma misère.

Une heure du matin, j’ai réussi à avoir le morceau de plomb qui bougeait. Ma dent à un gros trou, un vide dans la bouche. La douleur continue son chemin, elle est supportable et atténue celle de l’intérieur.

Je ne serais dire vraiment ce qui se passe, je suis toute retournée, sans comprendre vraiment pourquoi.

 

Ce n’est pas un hasard… Rien n’est de hasard dans la vie, tout fini par se rejoindre, comme un puzzle, tout est message. Il y a encore des choses qui m’échappent et me touchent pourtant.

 


Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Maintenant

Repost0

Publié le 13 Septembre 2008

Ma dent vient d’éclater, au pied de la racine. J’ai encore un morceau qui tient. J’ai un trou dans une dent. Elle est noircie… Cette dent que cette dentiste était censée soigner… Elle m’avait dit que c’était une petite carie… Je vous rafraîchis la mémoire (Dans ta face). J’ai cru mourir de douleur ce jour-là, elle m’a fait ça à vif, sans m’endormir…

 

Depuis, ma dent noircit. En Juin, j’ai contacté un autre dentiste, mais il ne peut me prendre avant fin Octobre. Je ne peux rester avec cette dent ainsi… Et impossible de joindre qui que ce soit au téléphone. Je suis maudite…

Je suis épuisée… Epuisée de devoir me débarrasser du mal des autres. Je ne sais plus où donner de la tête. Cette dent me frustre. Je n’arrive à joindre personne.
Personne, oui, quand tout va mal, il n’y a plus personne. Je vois les gens seulement quand ils ont besoin… Seulement parce que Séverine est là pour soulager, pour porter ce qu’il y a en trop…
Je suis coincée, paralysée… Plus personne. Je ne peux pourtant pas rester avec un trou dans cette dent, le reste va aussi lâcher. Je vais perdre une dent parce qu’une nana avait besoin de se défouler sur ma face… C’était une petite carie, m’avait t-elle dit.

 

Je reste assise sans savoir faire quoi que ce soit. J’ai la tête embrouillée, je suis à fleur de peau. Je fonds en larme. Je ne sais plus… Je ne tiens plus. Je ne sais plus quoi penser, mon corps est sous pression, je ne le supporte plus.
Je ne fais plus confiance à qui que ce soit. Je suis fatiguée de devoir toujours lutter et me battre, juste pour vivre ou plutôt pour survivre, juste pour me faire respecter.

Je n’ai jamais commis de crime et pourtant, ma vie est un fardeau, le monde m’est insupportable, il m'étouffe.
Je ne sais plus rien faire, ni penser, je reste figée, sans réagir. Je ne sais plus tout simplement, je n’ai plus la force. J’aimerais qu’on me fiche la paix.


Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Vous Autres

Repost0

Publié le 9 Septembre 2008

                                   Des vies

                              Décalées ;

                          Sans intérêt

                                 L’existence

                                         Avance,

                                     Creux

                                D’ignorance,

                           D’égocentriques

                       Pathétiques.

                          Des cas,

                              Des ages,

                                  Décalage

                                      D’âmes,

                                         Vie

                                            Blâme.

                                      Des jugements,

                              Des fondements,

                        D’hypocrites

                    Statiques.

                      Passent

                       Les sens

                           Ciel,

                        L’essence

                    Même…

                 D’une vie.

                   Détruit,

                       Puni,

                          Par être

                             Déformé,

                           Déclassé,

                             Dérangé,

                                Paraître

                                   Au norme,

                                 Le reste

                               Aux fous,

                                  La peste

                                      Écartée,

                                     Le monde

                                   S’en fou.

                                     Inondent

                                        Cruautés,

                                           L’intérieur

                                             Froissé ;

                                         De côté

                                          Isolé,

                                             L’esprit

                                               Torturé,

                                           À jamais

                                      Le coeur
                                   Blessé.

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Vous Autres

Repost0