Publié le 4 Mai 2008

Un peu, beaucoup,

    La coupe est pleine,

        Encore à peine,

              Toujours des coups.

            Trop bourrée

                Pour être clean,

                     Je ne suis pas assez teubée,

                          Je ne connais en rien la frime.

                    Encore allez,

                         Prenez moi pour une conne,

                               La tête sonne.

                           Je veux plus comprendre

                                Ce monde en rien tendre.

                            Bande d’hypocrite,

                                 Je connais la suite,

                                       Elle va marcher

                                             Et tomber,

                                                   En rien elle va capter.

                                              Je fais comme vous voulez,

                                                  Je ne bronche pas,

                                                        Je ne la ramène pas,

                                                            Je ne vois rien,

                                                                       Je ne dis rien

                                                                              Et je me la boucle,

                                                                                 Bande de ploucs !

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Vous Autres

Repost0

Publié le 30 Avril 2008

 Il n’y a plus rien,

     Tout est bien loin,

          Intouchable,

               Impalpable,

                     Enfui

                          Dans l’oubli,

                                Se creuse la distance

                                     Et remonte l’absence,

                                           Il n’y a plus rien.

                                       Je me perds

                                   Dans cette colère,

                             Je la retiens,

                       Je ne sais d’où elle vient.

                Ce vide sans appel,

                     Juste elle qui traîne,

                          Une inconnue qui pèse,

                                Il faut que tu la taises,

                                      Je ne veux pas d’elle.

                                           Un vent froid,

                                     De milles éclats,

                                La foudre tombe,

                           La douleur inonde

                     Cette masse imposante.

                Lourdeur frappante,

                     Existence latente,

                          Rien n’a de sens,

                              Reste quelques traces,

                                    Plus aucune place,

                                          Ici et là,

                                                Encore je reste là

                                                     Sans savoir pourquoi.

                                                            Je ne veux plus croire,

                                                        Plus rien savoir,

                                                  Juste attendre le soir,

                                            Comme la fin du monde,

                                       Laisser passer ce temps,

                                   Où le jour tombe

                               Et s’éloignent les gens ;

                          Il n’y a plus rien,

                              Ni à espérer,

                                   Ni à oublier,

                                       Juste à calmer

                                            Toutes ces traînées

                                                 De déchaînés.

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Maintenant

Repost0

Publié le 27 Avril 2008

Je veux être un chat !

Tranquille la vie

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Au fil des rencontres

Repost0

Publié le 20 Avril 2008

 

                          Les secondes traînantes,

                     Un jugement en attente,

              Une seule place

         Autour de la glace,

   Celle d’une condamnée,

Plus rien à pardonner.

    De telles frustrations

        Données,

            Perdure l’intention

                Dans une incompréhension

                    Où se déchirent

                        Les cœurs battants.

                     L’envie de détruire,

                 Un dénouement

              Accessible ;

                Le plus évident,

                     La chose facile,

                          Une étrangeté

                               Froissée

                                   Tel un déchet.

                            Un effort,

                       Le nez dehors,

                  Grandir encore

            Sans broncher

       Avec la lâcheté.

          Un regard jeté,

               S’intègre la haine,

                     S’en suivra en chaîne,

                          L’incompréhension

                             De toutes confusions,

                                  De limites jamais eues,

                                     De blessures non vues.

                                 Reste la cible,

                           Le temps d’une évidence

                     Celle de l’existence.

Lâche

Voir les commentaires

Rédigé par Sév

Publié dans #Vous Autres

Repost0