Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Mon Etoile, Prête-Moi Ton Oreille

En créant cet espace, je pense à laisser une trace avant le départ sans date. Peut-être demain, peut-être dans quelques années... Un lieu d'échange, un confident où je ne sais quand je lui rendrais visite, ni même pourquoi ?

Vire La Guêpe

Publié le 19 Janvier 2008 par Sév dans Au fil des rencontres

Je ne savais pas que les guêpes voyageaient encore en cette période ! Encore pire que les araignées, j'en ai une frousse bleue. Une araignée ne vole pas, elle ne te saute pas dessus elle, mais la guêpe ! Je ne peux garder mon calme si cette bestiole se trouve dans la même pièce que moi, elle me terrifie et en plus elle fait du bruit en volant, une horreur ! 
Il y a deux ans, en cette période encore, une s'est réveillée en furie ; Elle est tombée d’une de mes étagères de ma bibliothèque. Elle bondissait de haut en bas, se cognant sans arrêt au plafond. Je me suis vite relevée de mon bureau en hurlant et j’ai claqué la porte. Je suis descendue affolée chercher de l’aide. 
Quand nous sommes remontés, avec hésitation, nous avons ouvert la porte ; Doucement sans le moindre bruit, nous l’avons entrouverte et à l’affût du moindre bourdonnement et mouvement, nous sommes restés attentifs. Elle était posée sur le clavier de l’ordi, pas moyen de l‘écraser à cet endroit ; Si tu le rates laisse béton, elle va nous bouffer et en plus ça va bazarder les touches. J’ai donc pris la bombe à poison et j’ai pulvérisé la chambre, en y mettant bien la dose et surtout en fermant les yeux, je ne voulais pas revoir cette bestiole furax. J’ai attendu deux heures avant de remonter, elle était finalement morte sur le sol.
Today, rebelote. Félix faisait de drôle de manière, comme si il mâchait un chewing-gum. Il jouait avec la bestiole, elle rampait au sol ! J’ai sauté sur la bête et vite je l’ai écrasée, hop au feu. Je me suis demandée longtemps si Félix n’avait pas été piqué. Quelle frousse ! Pendant une bonne heure, j’ai observé son comportement, voir s’il n’avait pas mal, surtout à sa gueule. Aucun comportement anormal, mais je n’étais pas rassurée, tous les films me sont passés par la tête après les premières minutes de la mort de la guêpe. Bon sang ! Jamais 2 sans 3.
Tout va, il pète la forme le Félix, il cherchait encore après, il a rien capté !  
Félix Observe 
commentaires

Yuna & Tidus

Publié le 16 Janvier 2008 par Sév dans Regarde et écoute

Ils sont magnifiques.

commentaires

Si Lent Ce...

Publié le 15 Janvier 2008 par Sév dans Maintenant

Un temps qui arrive,
   Á rester passive.
       Les pensées défilent,
         Sur un monde immobile,
        Si lent ce
      Temps,
     Balance
     Tant.
      Un sur place,
       Une envie de casse.
        Aucune place,
          Le mal être chasse
             Les instants paisibles
            Partis vers l’impossible.
         Un temps mort
       Où tu marches au bord,
    Où la vie
       Mal perçue
          File dans l’oubli.
             Quelques instants
           Décalés,
        Complètement
           Déboussolée,
             Un temps figé,
          Un enthousiasme effacé,
       La vie tourne au ralenti
        Tout autour de l’oubli.
           Dans un coin bien caché,
              Á tout observer
                  Dans cet abîme,
                Du minime
             Á l’infini ;
          Silence
            Et avance
                Sans destination
                   Avec toute attention,
               De la moindre accroche,
            D’une vie si proche
           De celle de dehors
               Qui frôle encore
                   Les membres paralysés
                      De pensées givrées.

commentaires

Pif Paf Plouf

Publié le 12 Janvier 2008 par Sév dans Vous Autres

Tu crois être tranquille, au calme et paf… Il y a toujours des imprévus qui viennent te tambouriner. Tu peux être sur une autre planète, n’importe où, jamais tu ne seras en paix. La chose te colle, accroche tout ton intérieur, elle suit ton ombre. 
Tu penses peut-être que les chieurs sont les autres et au final, tu arrives à te demander si ce n’est pas toi qui ne rentre pas dans les normes ? Si ce n’est pas toi qui pète un câble pour un rien. 
Tout le monde semble proche, baigne dans l’indifférence, se ressemble ; Ils se captent même sur des choses minimes, cela suffit à communiquer. Ils vivent en se préoccupant d’abord d’eux-mêmes ou même seulement d’eux, mais ça leur suffit, ils arrivent à vivre. Ils ont l’air ensemble, ils savent communiquer même en hurlant, en disant n’importe quoi et peu importe si cela blesse, les mots sont jetés, ils soulagent. Ils avancent en se foutant pas mal des autres, leur égo en redemande ; ils ont plusieurs faces, qui peuvent impressionner. 
Ils savent rabaisser là où tu te sens le plus petit du monde, comme un déchet, tu es un vide ordure. Tu as beau savoir tout ça, tu ne restes pas indifférente. Partout où tu vas, ce que tu penses, tout change tout le temps. Tu te traînes et te malmènes sans cesse en leur absence. Cet abrutissement continu, ils ne peuvent te saquer, tu ne peux te saquer et pourtant… Tu es toujours là et eux aussi, tout le monde baigne ensemble même si tu ne sais nager, même si l’eau terrorise, tu baignes, on se baigne !
C’est la vie est tant pire, tu l’as bien mérité seulement tu ne sais plus porter, tout insupporte. Une vie qui gène, bien cachée, malmenée, une vie avec des blessures secrètes et discrètes. Partout où tu vas, il y a la gêne et la honte. Nulle part, il y a une place stable, qui ne bouge pas, forcément quand tu ne peux et ne veux pas ! Bien fait pour ta face.  
Il n’y a rien à capter, tu as juste à la boucler, à faire comme ci, c’est tout et rien.

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 60 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 90 100 > >>